ON PARLE DE NOUS…

Cappelle en Nouvelles de Sept. 15

Journal Cappelle en pevele sept 15

Article de la Voix du Nord du 21/9/15 :

Cappelle-en-Pévèle: l’association Abeilles en Pévèle a remis ses premiers diplômes

Samedi, tous les membres de l’association Abeilles en Pévèle et de nombreux élus étaient réunis au rucher école de Cappelle-en-Pévèle pour la remise des diplômes de la première session de formation. En attandant que débute la formation suivante en octobre.

Samedi, les membres de l’association Abeilles en Pévèle étaient réunis au rucher école pour la remise des diplômes de la première session de formation.

Jean-Yves Coget a tout lieu d’être satisfait. L’association créée à son initiative avec l’aide de la Communauté de Communes du Pays de Pévèle_Carembault, de la commune de Cappelle-en-Pévèle et du syndicat apicole de la région lilloise a trouvé son rythme de croisière.
Samedi, tous les membres de l’association Abeilles en Pévèle et de nombreux élus étaient réunis au rucher école de Cappelle-en-Pévèle pour la remise des diplômes de la première session de formation. Vingt-cinq adultes ont ainsi été initiés à l’apiculture par Thomas Devienne. Ils possèdent aujourd’hui leurs propres ruches, soit à domicile, soit dans les ruchers communautaires que l’association a créés. Cette cérémonie a également été marquée par l’accueil de 25 nouveaux élèves qui débuteront leur formation le 10 octobre.

L’association dispose en plus de deux ruchers communautaires, comptant une quinzaine de ruches sur les communes de Mons-en-Pévèle et de Thumeries, trois nouveaux ruchers étant en phase d’ouverture à Templeuve, Cysoing et Ostricourt. L’association s’est également dotée d’une exposition mobile afin de sensibiliser les écoliers de la Pévèle à l’utilité et à la protection des abeilles. G. S. (CLP)
Pour tous renseignements : contact@abeillesenpevele.com ou au 06 49 84 21 67.

Article de la Voix du Nord du 10/8/15 :

Abeilles en pévèle tout miel pour la récolte collective

Il est 9 h 30. Ils ne sont pour l’instant que quatre à la salle Papin d’Ostricourt. Les quatre entourent une machine à manivelle permettant d’extraire le miel des planches récoltées dans les ruches. Jean-Yves Coget, président de l’association organisatrice Abeilles en Pévèle, est le premier à l’utiliser.
En tournant la manivelle à une vitesse relativement rapide, il indique : « C’est un gros moment pour nous que celui de la récolte. Nous sommes allés dès 8 heures chercher les planches de miel à Cappelle-en-Pévèle, puis nous sommes directement venus à Ostricourt pour le récolter ».
Jeune Association
« Nous », c’est eux réunis au sein d’Abeilles en Pévèle. L’association a un an, mais compte déjà presque cinquante membres. « Et encore, nous n’acceptons que les gens qui vivent dans la communauté de communes de Pévèle-Carambault », précise le président.
Le but de l’association est simple : transmettre aux autres la passion de l’apiculture. Jean-Yves Coget précise : « Nous mettons à disposition du matériel d’apiculture pour les adhérents qui le souhaitent. En définitive, on développe l’apiculture familiale dans le secteur depuis une année ».
Ambiance familiale
Jusqu’à la fin de la journée, les autres membres arriveront petit-à-petit pour prêter main forte à la récolte collective du miel. À chaque fois qu’une personne passe la porte, l’ambiance familiale de l’association saute aux yeux. Les adhérents se font la bise, et discutent comme de vieux amis. Jean-Yves Coget en est le premier satisfait : « Il y a une très bonne ambiance dans l’association. On ne se fait pas de nœuds dans la tête ».
À 10 heures, une grande quantité de miel a déjà été récoltée. Il devra reposer pendant une semaine avant de pouvoir être consommé. Ce qui n’empêche pas certains membres de tester plus ou moins discrètement la qualité du produit, à leur plus grand plaisir.
L’association sera inaugurée le 19 septembre à Cappelle-en-Pélève, en présence du président de la communauté de communes Pévèle-Carembault, Jean-Luc Detavernier.

Article de la Voix du Nord du 3/8/15 :

Pévèle : l’apiculture gagne du terrain dans les communes avec Abeilles en Pévèle

L’apiculture est en passe de devenir plus qu’une mode. L’association Abeilles en Pévèle installe des ruches dans les communes du secteur depuis le mois d’avril. Jeudi, le président Jean-Yves Coget, est allé vérifier à Attiches si les insectes, dans leurs deux ruches, avaient fabriqué du miel.
Jean-Yves Coget, Laurent Hue et Luc Foutry ont vérifié s’il il y avait du miel sur les plaques alvéolées. Hélas, non... Les ruches ayant été installées en avril, les abeilles n’ont pas eu le temps.

Une fois la combinaison enfilée et l’enfumoir allumé, Laurent Hue, conseiller municipal formé à l’apiculture, et Luc Foutry, maire d’Attiches, ont suivi Jean-Yves Coget jusqu’aux deux ruches installées depuis le mois d’avril au fond d’un terrain en herbe, situé à une centaine de mètres de la mairie.

« C’était un engagement de campagne, précise le maire. Mais deux Attichois se sont associés aux projets : l’un a accueilli deux ruches dans son jardin, l’autre projette d’en installer une. Il n’est pas exclu que nous en installions une troisième ici. Nous voulons faire de ce terrain un endroit réservé à la nature, même si nous avons le projet de construire un petit béguinage à l’entrée. »
En début d’année, la municipalité attichoise a cherché un partenaire pour mener à terme son projet de ruches et c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers l’association Abeilles en Pévèle, basée à Ostricourt depuis sa création en août 2014 (voir ci dessous).
Jeudi, le président est venu faire un état des lieux et voir si les abeilles avaient fabriqué leur nectar. Après avoir enfumé les insectes pour les calmer, lui et Laurent Hue ont soulevé le toit de la ruche pour accéder aux dix cadres alvéolés dans lesquels les abeilles sont censées faire du miel. Pas de chance, il n’y en avait pas.
« Ce n’est pas grave. Les ruches ont été installées en avril, elles sont encore jeunes, a indiqué Jean-Yves Coget. Elles ont commencé à faire de la cire, ce qui est déjà bon signe. Ce sera mieux l’année prochaine ; cette année était une mauvaise année. Il faut laisser faire la nature. »
Mais aussi l’aider un peu. Le président d’Abeilles en Pévèle a expliqué que la production du miel dépendait de l’environnement dans lequel les abeilles évoluent.
« Elles peuvent butiner jusqu’à 2 km à la ronde. Tout dépend du biotope qu’elles rencontrent. Vous pouvez semer aux alentours des plantes mellifères comme la facélie ou le mellilot, mais les abeilles raffolent aussi des fleurs de trèfle. Vous pouvez donc travailler les espaces verts et les bords de route, comme cela a été fait à Ostricourt. » De quoi donner des idées de fleurissement à la municipalité attichoise.
Une collaboration avec Villeneuve-d’Ascq
L’hiver n’a pas été profitable aux abeilles du Pévèle-Mélantois et à celles que suit l’association Abeilles en Pévèle depuis sa création. « Nous avons perdu 30 % de notre cheptel, explique Jean-Yves Coget, le président. Les abeilles sont mortes en janvier. Selon moi, il n’a pas fait assez froid. Sans doute à cause du réchauffement climatique. Mais les abeilles noires ont résisté. Elles sont de la région, de la race des Chimay-Valenciennes, et sont sans doute mieux acclimatées. »
L’association travaille ainsi sur une sélection d’abeilles pour obtenir une provenance régionale et éviter le développement d’une race secondaire, moins résistante. Elle collabore dans cette recherche avec le syndicat apicole de la région lilloise et le rucher du Héron à Villeneuve-d’Ascq, où il n’y a que de l’abeille noire.
Le rucher communautaire installé à Cappelle
Par ailleurs, pour favoriser l’implantation des abeilles et ainsi éviter leur disparition de nos jardins, l’association a reçu le soutien de la communauté de communes Pévèle-Carembault pour créer un rucher-école et implanter des ruches dans les communes.
Actuellement, on en trouve donc à Ostricourt, siège de l’association, dans l’entreprise Tereos à Thumeries, dans le verger de Mons-en-Pévèle et à Cappelle-en-Pévèle où le rucher communautaire a ouvert avec douze essaims. Des cours d’apiculture y sont d’ailleurs prodigués, « avec de plus en plus de monde, indique Jean-Yves Coget, et de plus en plus de femmes ; l’apiculture est à la mode en ce moment ! »

Article de la Voix du Nord du 14/5/14 :

Article VDN 14 05 14

Article de la Voix du Nord du 23/4/14 :

2014 04 Apiculteur amateur, l’Ostricourtois Jean-Yves Coget veut essaimer sa passion - Ostricourt - La Voix du Nord